Annie Ernaux n’est pas le sujet de ses livres ; elle en est le témoin.

 » Raconter ma vie serait d’une fausseté totale. Je suis un sujet à qui il arrive des choses. Ce sont ces choses-là qui doivent être écrites. Mes livres, c’est la fusion la plus étroite possible entre le collectif et l’individuel. »

Nous traverserons trois œuvres de l’Auteure, La place (livre sur son père), Passion simple (sur une passion), Le vrai lieu (livre d’entretiens sur la vie et l’écriture). À la rencontre de cette écriture auto-socio- biographique, dans l’oeuvre de celle pour laquelle  » l’écriture est le vrai lieu, de tous les lieux occupés, le seul matériel, assignable nulle part, mais qui les contient tous d’une façon ou d’une autre ».