C’est après 7 ans de compagnonnage,

autour d’un festival de lecture théâtralisée (Les Lecturiales) que la comédienne Dominique Garras et la scénographe Laure Dallet décident de fonder en novembre 2014, la compagnie de l’Atelier Provisoire, prolongeant ainsi leur complicité artistique.

La compagnie est une association loi 1901 dirigée par deux co-présidentes : Christine Meekel et Josette Touzet.

 

Les bureaux de la compagnie se situent à Créon

dans l’atelier de Laure Julian Dallet; un endroit expérimental de travail, accueillant les répétitions et les créations d’arts plastiques.

La lecture à voix haute est le champ d’expérimentation de la compagnie qui multiplie et décline les entremêlements possibles avec les autres modes d’expression : danse, dessin, chant, musique, vidéo, etc…

 

L’objet livre, au centre de la scène

La lecture à voix haute est un art vivant singulier, où l’objet livre, au centre de la scène, permet à l’auditeur de se laisser conduire dans les différents niveaux d’exploration du sens.

La compagnie intervient dans des lieux de spectacle mais également, adapte ses lectures à tous types de lieux : chez l’habitant, bibliothèque, différents lieux patrimoniaux.

 

Le Chemin de Faire

Depuis 2016, la compagnie axe également son travail de recherche autour du dialogue arts plastiques-littérature et crée Le Chemin de Faire.

Co-fondatrice de la Cie Gardel en 1992 et de la Cie de l’Atelier provisoire en 2014, je suis une passeuse de textes littéraires.

Je revendique depuis 25 ans la lecture à voix haute comme un art à part entière.

Comédienne de formation, j’oscille entre spectacle de lecture (frisant avec le théâtre : au sens spectaculaire du terme) et lecture à la table ( ou mon corps d’actrice  est seulement au service de la voix).

Entre les deux, j’aime à explorer toutes les postures qui me semblent  justes au service du texte, et à entremêler d’autres arts pour éclairer le propos .

Mon vif intérêt pour la pratique du Yang sheng, (prendre soin de sa vie en chinois ), enrichie des techniques de base du comédien me permettent de voyager singulièrement  dans le vaste champs de la littérature. Dominique GARRAS

Je co-dirige un cabinet de maîtrise d’œuvre et d’architecture d’intérieure (hea 33) depuis 15 ans pour lequel je travaille  à mi-temps afin de me consacrer à la peinture et à la compagnie que j’ai co-créée en 2014.

De 2007 à 2014,  je signe une quinzaine de mises en scènes notamment  pour le festival scène d’été Lecturiales (Festival professionnel) dans lequel j’étais impliquée dans la conception des visuels, la logistique, la gestion de 50 bénévoles, dans la programmation artistique (en collaboration avec Dominique).

En 2010, la peinture prend une place importante dans ma vie, la rencontre avec Pierre Chaveau, artiste peintre, me permet d’être guidée dans cet apprentissage naissant et vite nécessaire.

En 2014, je transforme une maison de ville sur Créon pour en faire mon atelier et le siège de la compagnie.,.

En peinture, Je travaille sur des grands formats où je cherche une expression singulière de l’humanité.

Je commence en 2016, une série  » les semblables » ou les foules interrogent la singularité de chaque humanité.

Depuis 2 ans, je travaille à  une série de sculptures que j’appelle MLF (machine à laver femme).

Entre mon travail de maître d’oeuvre et mon travail d’artiste, je creuse le sillon tenu de mon engagement au monde ; comment exister parmi les autres, comment habiter politiquement cette foule de semblables dans le respect de ma singularité, comment laisser une trace de mon passage, un trait au calame … mais un trait sincère. Laure DALLET